• Réponse  concernant l'énigme:

     

    Le fameux animal avec des dents qui faisait peur au neveu du curé était un outil avec une lame courbe dentelée qui servait à couper le blé : " a falce" ;elle faisait peur au jeune homme car elle était synonyme de travail acharné par les chaudes journées de juillet ,de l'aube au crépuscule : il fallait faire vite avant l'arrivée des orages!

    réponse à l'énigme

    Dany Génin et Nicolle Rolles


    votre commentaire
  •  

    Pour changer, voici une énigme ; à vous de la résoudre:

    J'écris l'original en corse et je mets aussi la traduction .

    C'est une énigme en forme de poème adressée par Acquaviva Jacques André à son oncle le curé Acquaviva surnommé "Tubizzone " (dfficile à traduire ce surnom: le tubezzu est le haut de la tête, derrière ; cela voudrait dire littéralement: grand haut de tête!"

    Voici:

    Da voï Signor curadu, io mi presentu

    Chi avete lettu i libri di scognuri

    Se bramate che mia vita dura

    Purghjitemi assistenza e il mumentu:

     

    Una bestia , chi a me, ghjetta spaventu

    Calzata di legnu e curba di statura

    Quandu riscalda u tempu , entre in cimentu

    Nella fauce sua , si vede un tondu

    Circundatu di denti agudi et forti

    U masticatu suo nutrice u mondu

    Traduction:

    Devant vous Monsieur le curé , je me présente

    Vous qui avez lu des livres savants

    Si vous souhaitez que ma vie dure,

    Accordez -moi assistance et un peu de temps :

     

     

    Une bête qui m'épouvante,

    Chaussée de bois et d'allure courbée

    Quand le temps se réchauffe, elle entre en folie

    En son centre, on voit une courbe

    Entourée de dents aiguisées et fortes .

    Sa mâchoire nourrit le monde .

     

    Allez !faites travaillez vos méninges: chaque mot est important!

    J'attends vos réponses ; cherchez dans vos livres ou souvenirs pour les anciens!

    Moi j'ai trouvé!!

     

     


    votre commentaire
  • Il pleut, il vente, il neige (un peu plus haut)!
    On m'a raconté que , entre les deux guerres, il y a un pratais un peu casse-cou, qui a essayé de voler :
    Il est monté sur le sommet du clocher, avec un grand parapluie de berger: ce parapluie devait faire office de parachute!!
    Il s'est allègrement jeté dans le vide, après avoir pris la précaution de faire le signe de croix(un si sà maï) et ......à la grâce de Dieu!!
    Il a atterri dans le champ de la "maîtresse" de l'autre côté de la route!!

    Il n'est pas mort: il s'en est tiré avec une jambe cassée!!
    Je crois qu'il n'a plus essayé!!
    La personne qui m'a raconté cette histoire(elle la tenait de son père) a oublié le nom du parachutiste en herbe!!
    Si quelqu'un a entendu parler de cette histoire et sait de qui il s'agit, ce serait sympa de le donner.


    1 commentaire

  • Je ne me souviens pas d'avoir vu un prêtre venir faire le chemin de croix le vendredi saint au village; je sais que ce sont toutes les femmes qui organisaient cela: Priséria, Marie Baldacci ; les autres suivaient .
    Certaines le faisaient à genoux, traversant toute l'église et s'arrêtant devant chaque tableau représentant le chemin de croix de Jésus; pendant que Marie ou Priséria lisait un texte, chaque fois.
    C'était un vrai jour de jeûne pour tous: pas de matières grasses: pas de lait pas de friture ...
    tout était bouilli !
    Les femmes faisaient aussi les gâteaux qui cuisaient dans les fours du village : les "cajade", les" curconi," les "canistrelli," les "campanile "(brioche en forme de couronne avec des oeufs);le dernier que j'ai vu en activité a été celui de Liline.
    On décorait des oeufs durs; le curé venait bénir les maisons et et même temps , il bénissait les gâteaux et les oeufs.
    Le dimanche matin , on sonnait les cloches pour symboliser la fin du carême et la résurrection de Jésus.Les enfants allaient ramasser les oeufs qui avaient été cachés dans le jardin .


    1 commentaire
  • Autrefois:
    Le jeudi saint est célébré l'office des ténèbres: les enfants font le tour du village avec des crécelles pour inviter les gens à aller à l'église: car les cloches ne doivent plus sonner .
    Pendant cet office, les lumières des candélabres sont éteintes l'une après l'autre.les portes de l'église sont fermées.
    Quand tout est éteint, les gens se réunissent en cercle et frappent le sol de l'église avec des branches d'arbousier ou autres,: ce vacarme sert à chasser les démons et symbolise le fracas du tremblement de terre qui eu lieu lors de la mort du Christ.
    Cette tradition du vacarme, est abandonnée presque partout.
    Le repas du jeudi saint est »maigre »: une soupe de pois chiche avec de l'ail .

    La granitula:le jeudi saint , a lieu la "granitula": une procession de pénitents : le prêtre n'y assiste pas; les hommes tournent de manière à former un enroulement qui ressemble aux stries sur la coquille de l'escargot : puis ils déroulent la procession , tout cela avec des cierges et en chantant "perdono mio Dio"
    Les gens mettent des bougies allumées sur le rebord des fenêtres .
    Chez nous:
    A l'église, on met un "linge "sur la tête des saints en signe de deuil ; le Christ est exposé près de l'autel .
    Les cloches ne sonnent plus jusqu'à dimanche .

    On met aussi des bougies sur le rebord des fenêtres.


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique