• La victoire 14/18

    A zia Maddalena  Nasica  son fils


    votre commentaire
  • Concours de belote

    Nicole Rolles de dos; Antoine-Marie Filippi, Toussaint Mariotti , Jean Colombani; surveillés par  Nicolas, Rolles,  Pierre Colonna,  un gamin ? Jean-Marc Manuel

    Course en sac ,un 15 août: Jean-Claude (le fils d'Alice et de Raymond)  suivi de près par Valérie Rolles...Patrice Muscat(de Nicet)

    Une procession  à St Antoine

    Benjamin Colombani, ; Françoise Fratacci, Marie-Françoise Simoni (la maîtresse) ,Nadine Simon, yvette Beveraggi,Paul ou Joël Graziani, Félix Colombani; Toussaint Simoni(le frère de Jean-Paul )qui porte la statue avec François Fratacci. César Maurizi...

     

     

     


    2 commentaires
  • (CASANOVA)

    Un poème écrit par Pierrot Rolles   :

     

    Semblable à  une sentinelle

     

    Montant une garde inutile,

     

    Partagé entre terre et ciel

     

    Muet, obstiné, immobile,

     

    Guettant sans jamais se lasser

     

    Le retour de ses chers enfants,

     

    Le village n'a pas changé

     

    Mais il s'assoupit doucement.

     

     

     

    Faut il qu'il ait l'espoir tenace

     

    Pour ne pas dormir tout a fait,

     

    Pour écouter le temps qui passe

     

    Et pour se tenir toujours prêt

     

    A étreindre dans ses vieux murs

     

    Quelque villageois de retour,

     

    Qui sait si le vent ne murmure

     

    De belles histoires d'amour

     

     

     

    Toi que le chemin a guidé

     

    Là  où s'est blotti mon village

     

    Sens- tu son âme palpiter

     

    Venue tout droit du fond des âges,

     

    Hésitant car ne sachant plus

     

    Si celui qui lui vient si tard

     

    A ton enfant dans ses rues

     

    Ou s'il est venu par hasard

     

     

     

    Que reste- t'il de mon enfance

     

    De mes amis éparpillés

     

    Des joies de mon adolescence

     

    Des sérénades ,des veillées?

     

    Comme une amante bien fidèle

     

    Le vieux village nous attend

     

    Sa silhouette est éternelle

     

    Et semble défier le temps.

     

     

     

    Corse parti loin de ta terre

     

    De tes parents de tes amis,

     

    Tu brandis bien haut ta bannière

     

    Et  tu es plein de nostalgie,

     

    Car ton coeur est reste fidèle

     

    Malgré les tourments de la vie

     

    A ton ile toujours si belle,

     

    A ses montagnes , à  son maquis,

     

    Et tu rêves de retrouver,

     

    Peut-être pour tes derniers jours,

     

    La maison qui garde cachés

     

    Tes joies , tes peines , tes amours .

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Réveillon calme cette année ;chacun chez soi  Pace e salute à toutes et tous.


    votre commentaire