• Chacun sait qu'en Corse, autrefois, on ne plaisantait pas avec l'honneur et tout manquement au code de l'honneur finissait souvent en drame sanglant.
    Chez nous , il reste encore en mémoire des histoires tragiques:
    L'une d'elle s'est passée dans les années vingt :Une jeune fille fréquentait un jeune cordonnier: les familles avaient donné leur accord et tout allait bien.Mais , si lui était amoureux fou, elle , par contre l'aimait dans un but intéressé:sa famille était pauvre, et elle s'est débrouillée pour que son fiancé chausse gratuitement toute sa nombreuse famille!
    Et lorsqu'elle n'a plus trouvé son amoureux « intéressant », elle lui a déclaré , un jour , qu'elle ne voulait plus l'épouser!
    Pour lui, être rejeté par sa promise, c'était la pire des humiliations! D'autant plus qu'il n'avait rien à se reprocher!
    Il a dû remâcher sa vengeance pendant quelques jours.
    Et le dimanche , à la sortie de la messe, il l'attendait, sur le parvis de l'église avec son fusil.Il lui a demandé une dernière fois , si elle voulait l'épouser: elle a répondu par la négative, croyant sans doute qu'il n'oserait pas lui tirer dessus devant tous le monde!
    Mais lui, la voyant résolue, l' a visée et l'a tuée sans hésitation!
    Puis ila pris le maquis ; plus tard il est parti en Algérie pour se cacher car la police le recherchait.
    Finalement il a été arrêté à la suite d'une dénonciation. On l'a ramené en Corse où il a été condamné au bagne.Il a été envoyé à Cayenne où il a passé plusieurs années: un jour , il a réussi à s'évader avec des camarades de détention.Pendant la cavale, il s'est fait assassiner par l'un de ceux-ci qui voulait lui voler le peu de choses qu'il possédait!
    Ainsi a fini cette tragique histoire.C'était mon grand-oncle un Nasica.


    votre commentaire
  • Autrefois chaque famille faisait son pain, et chaque village avait ses fours privés ou communaux.
    Chez nous , il y avait deux fours à Pratu supranu, deux fours à Casanova, et plusieurs fours à Pratu mezzu.
    Pour faire cuire le pain, il fallait allumer le four au moins la veille: on mettait du chêne et du bois fin ; ensuite, il fallait enlever la cendre avec une balayette faite de branches de bruyère.
    Le pain était lui aussi préparé à l'avance: on mettait la pâte dans la "meria"(le pétrin) et on la laissait lever plusieurs heures .
    Ensuite, on cuisait les boules et ce pain était tellement bien fait qu'il se conservait plusieurs jours dans la "meria" .
    Il nous reste trois fours en bon état : celui de Casanova , celui de Liline et celui de Marie-Paule.
    Il y a encore trente ans , les femmes faisaient encore les gâteaux de Pâques dans le four de Liline, juste pour le plaisir!
    Mais il était interdit de goûter aux gâteaux le vendredi saint!!!Il fallait attendre le samedi pour cela! C'était un vrai supplice de voir sortir du four ces bonnes choses odorantes sans pouvoir y toucher!!

    Nous avons fait quelques fêtes autour du four de Marie- Paule pour Pâques et aussi en été.C'est une manière de faire revivre ces vestiges de la vie de nos anciens.


    votre commentaire
  • Les pratais étaient appelés : « i capi grossi pratesi »: cela était – il dû à leur prétention? À leur intelligence?? à leur manie de faire des procès à tout bout de champ? On ne sait pas!
    Toujours est-il que c'était eux qui faisaient travailler le tribunal d'Omessa!
    Il y avait un juge de paix à Omessa qui était le chef-lieu de canton.

    Ils se disputaient tout le temps, pour des histoires d'animaux qui étaient entrés dans le jardin du voisin, et qui avaient mangé les légumes; ou fit tomber les murs!

    Les plus assidus plaignants étaient Jean-Baptiste Colombani; Jean Bouchon (souvent en qualité d'accusé), Angèle-Toussainte  Nasica et bien d'autres.Les vieilles demoiselles et les veuves étaient aussi acharnées que les hommes!

    Un jour , les deux chèvres de la tante Angèle-Marie,étaient entrées dans le jardin d'Angèle -Toussainte et avaient fait des dégâts.Celle-ci, pour se venger et pour se payer, avaient caché les chèvres dans sa cave pendant quatre jours et récupérait leur lait.

    Angèle -Marie cherchait ses chèvres partout et vouait tous les voleurs aux flammes de l'enfer!
    Et un matin très tôt, elle voit de son balcon, la soeur d'Angèle-Toussainte, qui s'appelait Toussainte( quelle imagination!)arriver avec ses chèvres , et essayer de les attacher près de sa maison, en cachette!

    Elle lui saute dessus; l'autre qui n'était pas une peste comme sa soeur avait profité de l'absence de celle-ci pour ramener les chèvres à sa propriétaire, jugeant que la punition avait assez duré!
    Elle l'a traitée de tous les nom s possibles et imaginables!
    La pauvre Toussainte, sans s'énerver lui disait:
    «  Chut!! chut! Où est-ce que je les attache tes chèvres? »
    Mais l'autre n'était pas prête à passer l'éponge! Et bien sûr cette histoire s'est terminée au tribunal .....comme d'habitude!!!!


    votre commentaire
  •  




    Avis à toutes les personnes qui demandent les prières:

    -Les prières ne se transmettent pas à tout le monde; chez nous, c'est de mère en fille et en fils .
    -De plus, elles sont dites en langue corse .
    -Il ne faut pas les écrire :on les apprend oralement.
    -La transmission se fait le nuit de Noël .

    -Les prières ne guérissent pas les maladies Elles ne font pas de miracles ;elles ne sont là que pour soulager les gens et cela ne marche pas forcément ,à chaque fois .

    Donc , arrêtez de me demander de vous donner des prières.
    La prière contre le mauvais oeil n'est pas un remède miracle; de plus tout le monde n'est pas apte à la faire; celui qui fait le mauvais oeil doit l'apprendre par coeur, ne pas l'écrire ; cette prière est en langue corse!
    Ceux qui ne parlent pas le corse devraient essayer d'en trouver des françaises ; ce sera plus facile pour eux.
    Cette prière est faite pour aider les gens à aller mieux , dans une période où ils sont fatigués et mal à l'aise;elle ne sert pas à faire revenir un amoureux ou autre chose de ce genre.

    La seule chose que je peux faire , c'est d'avoir un objet ,un vêtement porté pendant au moins 24 heures par la personne qui a besoin d'être aidée.


    Tous les corses ont entendu parler des pratiques consistant à faire des prières pour enlever le mauvais oeil pour arrêter les hémorragies nasales pour guérir une brûlure; pour enlever les vers , pour des tas de choses encore...
    Chez nous, comme dans tous les villages il y avait de vieilles femmes qui connaissaient ces prières;
    Il y avait Mancecca qui savait dire où se trouvait un animal égaré : les bergers allaient la voir et elle leur disait à quel endroit il fallait aller chercher l'animal.Il paraît qu'elle ne se trompait jamais!

    Il y avait Marie Nasica ( dite Marie d'Ignace) qui faisait la prière pour faire partir les vers des enfants: En plus de l'ail , elle prenait une bille de plomb, la mettait dans de l'eau chaude, sur le trépied de la cheminée; et priait en faisant le signe de croix:le plomb fondait et prenait la forme d'un coeur humain .Tout autour on voyait des petits filaments qui ressemblaient à des vers!
    Et l'enfant allait mieux!

    Françoise Fratacci(Cecca) , savait enlever le « coup de soleil »; quand une personne était restée trop au soleil et avait une très forte migraine, elle allait voir Cecca: celle-ci la soulageait avec sa méthode; il y a même des médecins qui sont allés la voir pour se faire enlever le « coup de soleil »!

    Et puis , il y a aussi la prière contre le mauvais oeil : quelques femmes du village savaient la faire.
    A présent, il ne reste pratiquement plus personne qui connaît ces prières : beaucoup n'y croient pas ; ou bien n'osent pas dire qu'ils y croient.
    Ces prières étaient transmises la nuit de Noël :on les apprend par coeur sans les écrire!
    Ma mère m'a appris trois prières et la manière de soulager le coup de soleil: je les ai transmises à mes enfants même s'ils sont encore jeunes pour connaître cela: il serait dommage que tout cela soit perdu à jamais car si ça ne guérit pas, ça ne peut pas faire de mal! Et c'est notre culture.

    Je tiens à préciser, suite aux nombreuses demandes, que la prière contre le mauvais oeil n'est pas un remède miracle; de plus tout le monde n'est pas apte à la faire; celui qui fait le mauvais oeil doit l'apprendre par coeur, ne pas l'écrire ; cette prière est en langue corse!
    Ceux qui ne parlent pas le corse devraient essayer d'en trouver des françaises ; ce sera plus facile pour eux.
    Cette prière est faite pour aider les gens à aller mieux , dans une période où ils sont fatigués et mal à l'aise;elle ne sert pas à faire revenir un amoureux ou autre chose de ce genre .
    -
     

    votre commentaire
  • La route qui traverse le village est forcément le lieu le plus fréquenté, non seulement par les voitures mais par les gens: les maisons la bordent de part et d'autre.
    Dès qu'on ouvre la porte, on est sur la route.
    Aussi, elle a toujours été le lieu de promenade par prédilection, des vieux, et des jeunes.

    L'été surtout, dès que le soleil chauffe un peu moins, les gens se promènent, et le soir après manger, on remet ça.

    Dans les années soixante, les jeunes filles se promenaient, en chantant les derniers succès à la mode; les garçons les suivaient et tout le monde se retrouvait au col de "croce d'albitro" à deux km du village.
    là, on retrouvait les jeunes de Popolasca qui étaient venus à pieds eux aussi, de leur village.
    Parfois , ceux de Castiglione se joignaient au groupe.
    Et on chantait , on riait, on s'amusait ; des idylles naissaient, le temps d'un été.
    Quelquefois, on allumait de grands feux et on mangeait des crêpes.
    Les parents, ne voyaient pas toujours cela d'un bon oeil: certains n'hésitaient pas à se cacher dans le maquis pour surveiller leur fille!!!

    Il y avait des jeunes gens de Francardo qui , eux ,montaient en voiture( cela était extraordinaire à l'époque!! et les autres garçons étaient morts de jalousie!).
    C'était une vieille voiture , mais elle avait son succès quand même!!
    Le père de Nicolle Rollès avait une moto et de temps en temps, il venait faire un tour : dès qu'ils entendaient le moteur de la moto, les garçons plongeaient dans le maquis et il ne voyait que des filles sagement assises sur un rocher!
    Mais , à l'époque, il n'y avait pas de quoi s'inquiéter vraiment!!
    Il n'y avait pas de drogue, pas de préservatifs ni de pilule!!


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique